Notre Histoire: de la vigne au safran...

L’originalité de la Maison

Par amour de la Terre et passion de la gastronomie, la famille Duménil est  productrice de la plus précieuse des épices: le safran. 

De la vigne...

Une histoire de famille depuis 1874...

Le Champagne Duménil est une Maison familiale indépendante qui élabore selon le savoir-faire familial depuis 5 générations. Frédérique et Hugues Poret-Duménil, artisans vignerons passionnés par la vigne et le vin, élaborent des champagnes de caractère dans le pur respect de leur terroir .

Un Vignoble privilégié au coeur de la Montagne de Reims:toutes les parcelles de la Maison sont classées Premier Cru.

Le métier de vigneron de Frédérique et Hugues est jalonné de belles rencontres ...

aussi fortuites que passionnantes. L’histoire de leur Safran naît donc autour d’une

coupe de champagne Dumenil.

“Quand notre client a évoqué qu’il cultivait du safran dans son jardin, on a commencé à

parler terroir“ raconte Hugues Poret.

L’évocation de la terre argilo-calcaire résonne dans la tête de Frédérique et Hugues (et

fait écho a leur terroir, celui de la montagne de Reims). Le soir même, Frédérique effectue

des recherches, elle a un tout nouveau rêve devenir safranière... Très vite, elle

s’aperçoit que le safran tout comme leurs vignes aiment les sols calcaires. Elle nourrit ses

espoirs dans ses souvenirs d’enfance, elle commence à rêver à cette épice magique qui

magnifiait les plats que cuisinait sa grand mère . Frédérique décide donc de s’inscrire à

une formation dans la Creuse.

Nous sommes au mois de mai. Pour Hugues, c’est une période extrêmement intense

tant la pousse de la vigne est rapide. Mais Frédérique très persuasive, le convainc de la

suivre dans cette aventure. A peine arrivés, ils sont baignés dans un univers magique qui

allie deux passions: la terre et la gastronomie. Hugues, enivré par les effluves de safran,

se laisse vite entraîner dans l’aventure.

...Au safran

De retour dans la montagne de Reims, ils préparent à la hâte deux parcelles d’essai :

l’une située à Chigny les Roses et l’autre à Sacy pour y planter les précieux bulbes.

Même accaparés par leur vendange, Frédérique et Hugues descendent quotidiennement

voir leurs safranières. Pionniers dans la région, ils ignorent tout de ce nouveau métier

et particulièrement du potentiel d’acclimatation des bulbes. La terre reste nue, pas une

feuille, pas de fleur : rien ! Les précieuses fleurs vont elles sortir ? Le mystère demeure

jusqu’à ce dimanche 30 septembre 2012. Alors que Frédérique se promenait dans le

vignoble pour se détendre de la vendange achevée la veille, elle aperçut une petite fleur

parme aux pistils rouge-carmin qui s’épanouissait une fois la rosée dissipée.

Quelle ne fut pas sa surprise quand elle découvrit que fleur tant convoitée avait quatre

stigmates (plus rare qu’un trèfle à quatre feuilles) Signe du destin ? Un peu euphorique,

Frédérique rentre avec la seule fleur de la parcelle mais celle qui nourrit tous ses espoirs...

Durant le mois qui suivit, ils cueilleront quotidiennement leurs jolies fleurs de crocus

car les fleurs ne s’épanouissent que 24 heures. C’est une deuxième «récolte/vendange»

qui s’offre a eux... Ce n’est pas dans la fraîcheur et l’obscurité de la cave que se poursuit

le travail mais en famille autour d’une table bien éclairée que le long travail d’émondage

débute. À la pince à épiler ou avec de fins ciseaux courbes, ils séparent minutieusement

chaque pistil de chaque fleur tout en prenant garde de maintenir attachés les trois stigmates.

Ce n’est que quelques mois après séchage que le safran développera tous ses

arômes. Une nouvelle aventure en cuisine peut alors commencer... «Véritable exhausteur

de goût, quelques pistils de safran suffisent à magnifier un plat, et à donner cette saveur unique aux mets".